BRASSERIE METEOR : Un savoir-faire ancestral transmis et cultivé depuis près de 4 siècles

BRASSERIE METEOR : Un savoir-faire ancestral transmis et cultivé depuis près de 4 siècles

Vous aimez ? Partagez !

Meteor est une brasserie familiale et indépendante depuis 1640. Forte d’une histoire de près de 4 siècles, la Brasserie Meteor est le plus ancien site brassicole de France, au cœur de l’Alsace. Depuis 8 générations, la famille HAAG défend l’indépendance de la Brasserie Meteor pour brasser des bières de caractère, maintenir ses emplois ici en France, agir pour l’environnement et partager avec les amateurs la passion de son métier.

Aujourd’hui, sa labellisation PME+ est la reconnaissance de ses engagements RSE concrets pour développer la consigne et le remploi du verre, s’approvisionner en matières premières françaises, maintenir l’emploi local, valoriser la gastronomie alsacienne, choisir des énergies renouvelables…

Rencontre avec Edouard HAAG, Président

PME+ : Quelle est l’engagement RSE dont vous êtes le plus fier ?

Edouard Haag : Nous vendons 80% de nos bières dans des formats consignés et réemployés (en fûts et en bouteilles). Le réemploi, c’est 79% d’émissions de CO2 en moins par rapport aux bouteilles classiques en verre recyclable.

PME+ : Pourriez-vous nous partager vos actions RSE ?

Edouard Haag :

Fabriqué en France / Achats responsable : 100% de l’orge que nous utilisons pour notre bière est d’origine française. Notre site de fabrication est situé à Hochfelden en Alsace.

Collaborateurs/Emploi : METEOR est aujourd’hui le plus grand des brasseurs indépendants de France à marques propres et la famille Haag a réussi à maintenir l’emploi des 200 salariés à effectif quasi constant depuis les années 60. Cette considération, les salariés le rendent bien par leur fidélité, puisque l’ancienneté moyenne est aujourd’hui de 17 ans.

Local : Fière de ses origines françaises et alsaciennes, METEOR s’engage pour valoriser sa région : elle a été pilote dans la création de la marque Alsace. Elle fait également partie des entreprises qui ont fondé en 1996 le Club des Saveurs d’Alsace, un groupe de 9 entreprises qui s’engage à promouvoir et valoriser la gastronomie alsacienne.

Biodiversité : Nous avons notre propre station d’épuration (équivalente 35 000 habitants) qui nous permet non seulement de traiter 100% de nos effluents et de les rejeter dans le milieu naturel, mais aussi valoriser des boues agricoles des agriculteurs partenaires.

Emissions CO2 – Economies d’énergie : La protection de l’environnement ne date pas d’hier puisqu’en 1948, aux grandes heures du charbon, la brasserie s’équipait déjà d’un alternateur vapeur de 150 KW afin de produire une grande partie de son électricité. Aujourd’hui, nous challengeons les lignes de production pour améliorer les dépenses en énergie ou en eau. 30% de la consommation d’eau utilisée pour le brassage a déjà été économisée ces 20 dernières années.

De plus, 500 à 600 tonnes annuelles de CO2 produites par la fermentation de la bière sont aussi récupérées par liquéfaction. L’acquisition d’une station de récupération de CO2 plus performante d’ici 2 ans devrait nous permettre de récupérer environ 1000 tonnes de CO2 annuel, autant de CO2 qui ne s’échappera plus dans l’atmosphère et que nous n’aurons plus besoin d’acheter dans le cadre de notre process !

PME+ : Dans quelle action souhaitez-vous vous investir demain ?

Edouard Haag : Nous avons initié récemment une démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail qui a vocation à se poursuivre dans les années à venir.

Cette démarche fait partie intégrante de notre 2ème pilier RSE : « Améliorer les conditions de travail ». Elle a été initiée avec l’aide précieuse d’un cabinet « expert QVT » indépendant pour être sûrs de faire bonne route.

L’enquête QVT qui constitue la pierre angulaire de notre démarche est à ce jour en cours d’exploitation pour améliorer notre indice global, alors que ce dernier se veut déjà très positif d’après notre expert !

Concrètement un premier chantier a déjà été acté : la rénovation de notre bâtiment administratif pour 2025.

PME+ : Pourquoi avez-vous choisi le label PME+ ?

Edouard Haag : Le Label PME+ s’est imposé à nous pour mieux communiquer auprès de nos clients de la grande distribution et auprès des consommateurs sur les nombreuses actions que nous menons en matière de développement durable.

A l’image de la QVT, nous avons engagé « officiellement » une démarche RSE en 2021 avec un cabinet extérieur, capable de nous orienter de manière pragmatique sur un sujet souvent trop nébuleux. Nous savions que l’ADN de METEOR intégrait naturellement la dimension RSE, à travers sa sensibilité environnementale, ses racines régionales profondes et sa considération de l’individu dans l’entreprise. Il s’agissait dans cette démarche de faire un état des lieux et de formaliser ce que nous faisons depuis de nombreuses années pour savoir où nous en sommes et vers où nous voulons aller. Cette démarche a été initiée en intégrant une 30aine de collaborateurs METEOR. Chaque personne consultée a pondéré les sujets RSE qui lui tiennent à cœur, proposés de manière exhaustive par le cabinet conseil. A l’image de la QVT évoquée précédemment, nous avons intégré ces sujets dans un plan d’action global afin de répondre au mieux aux aspirations profondes de nos collaborateurs.

Nous sommes une entreprise ancienne, fondée en 1640, et nous avons l’ambition de durer encore longtemps. Or pour durer il faut être durable et impliquer nos consommateurs dans notre démarche, ce que nous permet le label PME+.

Chiffres et informations clés

  • Date de création : 1640
  • Site de production : 1, situé à Hochfelden (67)
  • CA 2022 : 53 M€
  • Effectif : 200 salariés
  • Marque : Meteor
  • Circuits de distribution : CHR, GD, export, marchés spéciaux.