CRISE COVID-19 : Alpina Savoie « Nous sommes en flux poussés sur les gammes les plus demandées »

Dans cette période de crise inédite, les PME françaises font face à de multiples obstacles (sanitaires, économiques et réglementaires) qui évoluent de jour en jour. Sécuriser leurs équipes, maintenir la production, livrer leurs clients pour nourrir les français…elles sont sur tous les fronts et inventent de nouvelles solidarités. Soutenez-les PME françaises plus que jamais !

 

Jean-Philippe Lefrançois, Directeur Général d’Alpina Savoie (Semoulier Pastier) basée à Chambéry, témoigne.

FEEF : Quelles actions avez-vous mises en œuvre face à la crise ?

Jean-Philippe Lefrançois : Pour faire face la crise sanitaire et répondre à la demande accrue de pâtes, couscous et polenta, Alpina Savoie a pris des mesures afin d’assurer la continuité des approvisionnements des grandes et moyennes surfaces, tout en limitant les risques de contamination.
Pour répondre à la croissance de la demande, l’entreprise a tout d’abord puisé dans ses stocks, ça n’est plus suffisant. Nous avons donc dû nous adapter pour produire plus, tout en renforçant les mesures sanitaires (prises de température à l’entrée des ateliers, masques, distances etc.) Cela a été possible grâce à nos collaborateurs dont je salue le dévouement et l’implication, ils ont su de mobiliser fortement pour répondre à cette situation exceptionnelle. Ensemble, nous devons continuer à nous adapter, au jour le jour, et rester agile dans les prochaines semaines.

 

FEEF : Quels sont les problèmes majeurs que vous rencontrez ?

Jean-Philippe Lefrançois : Nous n’avons pas de problèmes d’approvisionnements majeurs chez Alpina Savoie, nos matières premières viennent majoritairement de France et sont sécurisées (fonctionnement en filières françaises, contrats avec les organismes stockeurs et les agriculteurs etc.), idem pour les emballages, fabriqués en Rhône-Alpes. Côté production, nous nous sommes mis en flux poussés sur les gammes les plus demandées afin de produire plus et plus efficacement. Côté logistique, pour améliorer les flux, nous avons demandé à nos clients de passer commande de palettes complètes pour éviter le picking qui ferait perdre trop de temps.
En matière de transport, l’entreprise a dû ouvrir ses cahiers des charges à de nouveaux partenaires pour pallier au manque de disponibilités. Des solutions ont été trouvées pour pouvoir approvisionner les magasins, y compris à l’étranger.

 

FEEF : Selon vous, y’aura-t-il un avant et un après cette crise ?

Jean-Philippe Lefrançois : C’est encore difficile à dire, nous sommes pour le moment concentrés à produire, pour répondre aux besoins de nos clients distributeurs et des consommateurs, dans les meilleures conditions pour la santé de nos collaborateurs.