CRISE COVID-19 : Maison Prunier « La complexité provient de la difficulté des approvisionnements »

Dans cette période de crise inédite, les PME françaises font face à de multiples obstacles (sanitaires, économiques et réglementaires) qui évoluent de jour en jour. Sécuriser leurs équipes, maintenir la production, livrer leurs clients pour nourrir les français…elles sont sur tous les fronts et inventent de nouvelles solidarités. Soutenez-les PME françaises plus que jamais !

 

Léonard Prunier, Président de Maison Prunier (charcuterie familiale) basée à Connerré (Sarthe), témoigne.

FEEF : Quelles actions avez-vous mises en œuvre face à la crise ?

Léonard Prunier : L’entreprise s’adapte comme elle peut à ce nouveau monde. Après une activité intense la semaine dernière, cette semaine est beaucoup plus contrastée avec les produits LS et FE toujours en forte croissance et les produits coupe à la baisse. Par rapport à la crise, nos principales actions sont les suivantes :

  1. Diffusion des mesures barrières et adaptation des postes principalement sur la règle des 1 m,
  2. Transmission d’une note d’information aux collaborateurs intitulée « Déclaration sur notre responsabilité envers la nation »
  3. Réunion quotidienne d’adaptation des planning.

 

FEEF : Quels sont les problèmes majeurs que vous rencontrez ?

Léonard Prunier : Aujourd’hui, la complexité provient de la difficulté dans nos approvisionnements notamment des emballages et des films. Et bien entendu, la difficulté aussi de savoir ce que l’on doit fabriquer. Un autre enjeu est d’avoir des règles claires fixées par le gouvernement. Un sujet de préoccupation qui monte pour nos collaborateurs très investis est la gestion des cours des enfants à la maison : pour un certains nombre, c’est la double journée en rentrant à la maison. Une grande satisfaction est l’engagement de nos collaborateurs, leur réactivité et leur créativité (ce dont je ne doutais pas).

 

FEEF : Selon vous, y’aura-t-il un avant et un après cette crise ?

Léonard Prunier : Il y aura un après cette crise surement avec une évolution dans les modes de consommation (peut être le grand retour de l’hypermarché), dans la gestion de nos approvisionnements.