CRISE COVID-19 : Sainte Lucie « Cette crise nous oblige à avancer très vite sur les outils de télétravail et à développer le digital »

Dans cette période de crise inédite, les PME françaises font face à de multiples obstacles (sanitaires, économiques et réglementaires) qui évoluent de jour en jour. Sécuriser leurs équipes, maintenir la production, livrer leurs clients pour nourrir les français…elles sont sur tous les fronts et inventent de nouvelles solidarités. Soutenez-les PME françaises plus que jamais !

Alexandra Lattaignant, Directrice Générale de Sainte Lucie (Fabrication, conditionnement, distribution d’aides aux desserts, poivres, herbes, épices) basée à Gouvieux & Creil (Oise – Hauts de France), témoigne.

FEEF : Quelles actions avez-vous mises en œuvre face à la crise ?

Alexandra Lattaignant :  Plus de 200 mesures ont été mises en place. En voici quelques unes :

  • Mise en place de la gestion de crise dès le 26/02
  • Affichage et communication sur l’ensemble des gestes barrières dès le 27/02 (briefs quotidiens, mails à toutes les équipes, courrier à l’ensemble des collaborateurs)
  • Inscription aux cellules d’informations du gouvernement, de nos syndicats : lecture de l’ensemble des documents et mise ne place dans la foulée.
  • Suivi à la lettre de toutes les dispositifs et recommandations du gouvernement
  • Mise en quarantaine des commerciaux de retour de salons internationaux.
  • Annulation des réunions avec nos commerciaux (prévue depuis 4 mois)
  • Quarantaine des produits en provenance d’Italie
  • Mesures spéciales prises pour les caristes en lien avec les transporteurs
  • Suppression de toutes les visites / audits non nécessaires (le 28/02)
  • Déplacement de lignes de production (pour garantir la distanciation)
  • Stickage des sols des bureaux / usines / entrepôts pour représenter les 1,50m / 2m
  • Réorganisation de la logistique (= perte importante de productivité) pour garantir la distance et le non croisement dans les allées.
  • Décalage des départs pour limiter à 2 pers max l’accès aux vestiaires (roulement tous les jours pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui partent 10 min plus tôt).
  • Généralisation du télétravail => déploiement d’Office 365.
  • Changement des horaires de travail (rallongés ou raccourcis selon les sites, les équipes et les absences)
  • Sollicitation de toutes les équipes pour que chacun apporte son idée de mesure à mettre en place : tous les employés sont acteurs des décisions à prendre.
  • Désinfection de l’ensemble des locaux.
  • Présence des dirigeants au quotidien sur site et dans les usines le plus souvent possible. Accessibilité / transparence / patience / communication /
  • Mise à dispo de masques en tissus (fabriqués par le personnel ou bénévoles = initiative de nos millénials)
  • Envoi d’un KIT du télétravail à l’ensemble des collaborateurs qui travaillent à distance avec les règles informatiques à respecter.
  • Courrier régulier à l’ensemble de nos parties prenantes (fournisseurs / clients …) leur indiquant notre situation à date.
  • Mise en place des dispositifs de report de paiement (URSSAF / IS / EMPRUNTS notamment)
  •  

FEEF : Quels sont les problèmes majeurs que vous rencontrez ?

Alexandra Lattaignant : En interne, la gestion humaine est très compliquée : gérer les inquiétudes, les peurs paniques. Entre les AT pour garde d’enfants, les AT pour personnes à risque ou télétravail pour personnes à risque,  les AT pour maladie, la production est amputée de personnes cruciales. Il faut s’adapter. La plupart de nos postes (hors production et logistique) sont  hybrides entre le télétravaillable et le non télétravaillable mais nous avons dû mettre en place le télétravail. Il reste peu de personnes sur site dans les bureaux.

Côté activité : nos clients de la GMS ont bloqué l’accès (tout ou partiellement) à nos merchandiseurs qui prennent les commandes en magasin et gèrent le réassort. Le volume d’activité baisse, c’est inquiétant. Les approvisionnements fonctionnent correctement pour l’instant (en dehors des CAT fermés et quelques fournisseurs à la marge). Côté financier : nous avons mis en place ce qu’il fallait au niveau de la trésorerie. Nous n’avons pas de chômage partiel à date. Côté responsabilité : nous mettons tout qui nous est demandé réglementairement et bien au-delà.

FEEF : Selon vous, y’aura-t-il un avant et un après cette crise ? 

Alexandra Lattaignant : Oui il y aura un avant et un après. Au niveau de l’entreprise, les équipes reconnaissent déjà ce que nous avons mis en place depuis le début et reconnaissent notre esprit combatif mais surtout collaboratif. Je pense que ça va souder encore plus les équipes, si nous surmontons cette épreuve sans cas grave. Cette crise nous oblige à avancer très vite sur les outils de télétravail et à développer le digital, sur la communication et le partage d’information. Dans les relations commerciales : notre communication régulière et notre présence au quotidien, rassure sur notre fiabilité, notre réactivité et notre sérieux. Je pense que les clients y seront sensibles.