Le savon de Marseille, une histoire et une tradition perpétuées

L’histoire du savon de Marseille traverse les siècles. Depuis le Moyen-âge, il est fabriqué à Marseille et dans sa région, par des maîtres savonniers sachant transformer les huiles végétales en savon, selon un savoir-faire transmis de génération en génération. Ces huiles – exclusivement végétales – sont ainsi mélangées et cuites dans un grand chaudron, et, sous l’action de la soude et de la chaleur, se transforment peu à peu en savon. Au cours des siècles suivants, c’est donc à Marseille qu’il va acquérir ses lettres de noblesse. La maîtrise de ce savoir-faire de fabrication est localisée à Marseille et ses alentours. Cette dénomination aurait dû bénéficier d’une appellation d’origine, qui aurait pu le protéger des dérives et notamment des copies.

La Savonnerie du Midi perpétue cette tradition depuis 1894

La Savonnerie du Midi fabrique ce savon de Marseille selon le procédé traditionnel au chaudron, depuis sa fondation en 1894, sous l’œil avisé du Maître savonnier. Elle perpétue un savoir-faire ancestral en fabricant dans la pure tradition l’authentique savon de Marseille selon le procédé marseillais de cuisson en chaudrons, à base d’huiles exclusivement d’origine végétale, sans additif chimique (colorants, parfums, conservateurs…). Préservés par une poignée de passionnés, les savons de Marseille de la Savonnerie du Midi garantissent une authenticité devenue rarissime. Ils sont les seuls à respecter à la fois la charte de l’Union des Professionnels du Savon de Marseille et à être labellisés par ECOCERT.

En 2020 c’est le savoir-faire de Franck, notre Maître savonnier, salarié de la maison depuis plus de 30 ans. Franck exerce son métier « comme les anciens le lui ont appris », en goûtant le savon ! « Il faut surveiller et observer en permanence comment la pâte à savon se comporte, et détecter en la goûtant ce dont elle a besoin. En fonction, on ajuste la recette au fil des 5 étapes de fabrication : on ajoute un peu plus d’eau, un peu plus de saumure, etc. » précise Franck. « Je cherche en permanence une texture et un goût particuliers. A partir de l’observation du comportement de chaque pâte à savon, c’est l’expérience qui permet de savoir quoi faire ». Ainsi aucun chaudron n’est réalisé tout à fait comme le précédent : chaque pâte à savon nécessite des ajustements qui lui sont propres, et une durée qui lui appartient. En effet, le temps nécessaire à chaque production varie de 7 à 10 jours ; on est loin d’une production industrialisée ! Aucune mécanisation ni accélération du procédé ne permet de créer le même résultat.

« Ce qui est plaisant aujourd’hui à la Savonnerie du Midi, c’est de pouvoir vraiment créer un savon de A à Z ! A l’ancienne » Il n’existe pas de formation officielle pour devenir Maître-savonnier : le savoir-faire se transmet sur le terrain. Franck forme en ce moment une apprentie, future maître-savonnière. Il faut plusieurs années pour devenir autonome face aux chaudrons.

Innover tout en respectant la fabrication traditionnelle

La Savonnerie, fondée en 1894 dans le XIVème arrondissement de Marseille, produit alors 3 marques emblé­matiques de savons : L’Aubépine, L’Aigle Blanc et La Corvette (laquelle subsiste encore) en s’appuyant sur le savoir-faire traditionnel d’un maître savonnier.

Dans les années 1930, elle est rachetée par le groupe Garbit, dont le fondateur, herboriste passionné devenu entrepreneur, dirigeait également une semoulerie. C’est à la place même de cette semoulerie, dans le quartier des Aygalades à Mar­seille, que la Savonnerie du Midi est transférée en 1970. A l’occasion de ce transfert et dans un souci de respect des process de fabrication authen­tiques, sont construits de nouveaux chaudrons en acier intégrant un système de chauffage à vapeur.

 

Une démarche RSE au cœur du développement de l’entreprise

En 2013, la société française fami­liale PRODEF, spécialisée dans les produits d’hygiène et d’entretien, rachète la Savonnerie du Midi. L’entreprise entame alors un renouvellement de son parc de machines et engage une véritable démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Entre 2013 et 2019, la part des produits écologiques labellisés est passée de 0% à 60% du chiffre d’affaires de la Savonnerie du Midi.

Au-delà de la nature même des produits, les équipes travaillent depuis des années sur les emballages, en remplaçant progressivement le plastique par des emballages papiers et en proposant de nombreuses références en vrac, pour supprimer totalement l’emballage et le plastique.

« En avril 2015, la démarche RSE de la Savonnerie du Midi obtient le label PME+ validé par l’organisme ECOCERT, via un processus d’audits sur plusieurs années »précise Guillaume Fiévet, PDG de la Savonnerie du Midi.

« Entre 2016 et 2019, de nombreux travaux à la Savonnerie du Midi ont été réalisés pour moderniser et relancer le procédé de fabrication traditionnel. Ces travaux de grande ampleur se sont déroulés avec les acteurs du territoire des quartiers Nord de Marseille (architecte, artisans…) » affirme Guillaume Fiévet, PDG de la Savonnerie du Midi.

Une PME ancrée dans son territoire

Pour expliquer la spécificité de son travail ancestral et montrer la cuisson dans les chaudrons d’époque, la Savonnerie du Midi a ouvert en janvier 2019 le Musée du Savon de Marseille ainsi qu’un parcours de visite de l’usine, en plein cœur du site de production historique situé dans le 15ème arrondissement marseillais. Les visiteurs peuvent y admirer l’une des plus belles collections privées de savons de Marseille, plus de 250 objets liés à la fabrication et à l’utilisation du Savon de Marseille. Le Musée du Savon de Marseille revêt une vocation à la fois pédagogique, touristique et territoriale. Le site actuel de la Savonnerie du Midi, construit en 1870, utilisé successivement comme moulin, minoterie, semoulerie et savonnerie, comporte deux « bâtiments industriels remarquables », classés par la Mairie de Marseille. Avec ce Musée, la Savonnerie du Midi confirme son implication dans son territoire en accueillant touristes, marseillais, mais aussi comités d’entreprises et groupes d’écoliers.

L’effectif a doublé à Marseille. Les personnes recrutées, parfois au terme d’un parcours de réinsertion construit en partenariat avec des associations locales et Pôle Emploi, sont pour la plupart non qualifiées et issus de notre territoire, les quartiers Nord de Marseille.

 

Du local à l’international

L’objectif de la Savonnerie du Midi est de valoriser sa production française et locale et de se développer à l’export. La part des ventes à l’international dans le chiffre d’affaires de l’entreprise est passée de 6% à 23% en 5 ans.  « Nous sommes ainsi fortement impliqués sur notre territoire, à Marseille, où nous essayons de contribuer à son rayonnement à travers le monde ». Ses atouts : l’image française, l’image d’un patrimoine, de son histoire, d’un savoir-faire spécifique transmis de génération en génération. « Pour concilier la tradition locale et l’innovation, il faut surtout s’attacher à répondre au mieux aux attentes des consommateurs« conclut l’entreprise marseillaise.