PME : où sont les femmes ?

À la suite des premières Assises de la Parité, qui se sont déroulées en juin 2019, KPMG et l’association Women’s Forum France ont dévoilé une étude sur la présence des femmes dans les PME françaises. Elles représentent moins de 25% des salariés. Car si depuis 2011, la loi Copé-Zimmermann oblige les grandes entreprises à avoir au moins 40% de femmes dans leurs conseils d’administration et de surveillance, la loi ne concerne que les entreprises de plus de 500 salariés qui réalisent au moins 50 millions d’euros de chiffre d’affaires net.

Ce cadre légal inspire aussi les PME industrielles qui composent le maillage économique de nos régions.

Nous avons donc interrogé les entreprises la communauté des PME+, engagées dans la diversité de leurs équipes pour connaitre leurs actions en faveur de la parité.

Pour le secteur du textile 

Chez Rica Lewis, c’est une volonté forte de rétablir la parité dans les équipes et l’entreprise et d’intégrer autant de collaborateurs masculins que féminins. « En 2016 les femmes représentaient 34,8% des effectifs sur 23 personnes et elles représentent aujourd’hui 52,6% sur 19 personnes. »

Pour  PMC lingerie sur 36 talents on compte 9 hommes et 28 femmes, »Nous sommes dans un secteur d’activité traditionnellement féminin  (lingerie femme et enfant).  Lors de renfort d’équipes, nous proposons d’intégrer en priorité une personne masculine pour « essayer » de changer la courbe. La gente masculine n’est pas très à l’aise avec les produits de lingerie et donc pas attractive. Il convient de dire qu’ils sont plus attirés par les articles de sports, jeux vidéo, l’automobile… Même si nous ne devons pas stigmatiser les personnes dans des cases, cela reste une réalité. »

 

Des secteurs industriels où historiquement les femmes ont toujours été et sont encore plus présentes 

Le secteur de la confiserie attire aussi davantage de femmes confirme Le Roy René , l’expert des calissons d’Aix « Nous avons plus de femmes de part notre histoire. Nous nous attachons aussi à respecter l’équilibre hommes femmes au sein de l’encadrement et du Comité de direction »Le groupe JLF, expert de l’hygiène et du confort des pieds, se compose de 69% de femmes dans toutes les catégories professionnelles. « C’est une donnée historique et le turn-over étant très faible, la proportion reste toujours élevée ». On retrouve aussi cette tendance à la conserverie Chancerelle  » Nous comptons aujourd’hui 64% de femmes, ce chiffre étant lié à l’histoire de l’entreprise. Les femmes (les sardinières) travaillaient à l’usine pendant que leurs maris pêchaient en mer. Aujourd’hui, nos postes sont ouverts à tous les candidats quelques soit leur sexe. Nous avons ainsi embauché une femme au service maintenance et des hommes viennent désormais prêter main forte aux femmes pour l’étripage des sardines. »

Des secteurs traditionnellement masculins qui évoluent 

La parité est essentielle pour Alpina Savoie, « Etant un site de production, nos métiers étaient traditionnellement occupés par des hommes : fabrication, conditionnement, maintenance… Les efforts ont donc porté sur la mise à disposition d’outils de manutention et la suppression des tâches pénibles pour favoriser le recrutement des femmes. Également passage du 3×8 en 2×8, et volontariat sur les métiers de nuit. Sur les métiers de management en production, la parité est aujourd’hui atteinte, ce qui favorise ensuite la sensibilisation au sein des équipes. Un pas important a également été franchi avec la parité au CODIR au sein de l’entreprise, étape essentielle en termes d’exemplarité. »

 

Concernant l’égalité salariale entre hommes et femmes, ce sont dans les PME que les inégalités sont les moins présentes. Quand tout le monde se connaît, il est difficile pour un dirigeant d’assumer des différences excessives entre les salaires.