Rencontre avec Patrick Sauvage, Directeur général de La Brosse et Dupont

Quel est le savoir-faire de La Brosse et Dupont ?

La Brosse et Dupont avec sa filiale LBD Maison et ses filiales étrangères réalisent un CA de 150 M€ dont 20% à l’international avec un effectif de 900 personnes. La société existe depuis 1845 et intervient dans 4 grandes catégories : les accessoires de coiffure et manucure, les produits d’hygiène et beauté avec notamment du maquillage et une gamme de premiers soins, la mercerie et le chaussant et les accessoires de ménage (lavage des sols, balayage, dépoussiérage, tissus d’entretien,..).

Quel est votre parcours au sein de l’entreprise ?

De formation financière (DESS gestion Financière à Paris Sorbonne) et après un parcours dans de grands groupes (Essilor et Canal+ Technologies), j’ai rejoint La Brosse et Dupont en 2006. D’abord en tant que directeur Financier, je participe avec les autres cadres dirigeants au rachat de la société qui devient indépendante en 2010.
Je suis depuis le directeur général de LBD Maison filiale dédiée à l’activité entretien de la Maison. J’attache une importance particulière aux problématiques RSE.

Comment est née l’idée d’intégrer des personnes en situation de handicap au sein même de l’équipe ?

De longue date, La Brosse et Dupont avait créé des liens avec différents ESAT et leur faisait faire différents travaux : restickage, reprise de packs, assemblage, constitutions de dotations, etc. Les produits concernés étaient envoyés sur les ESAT et revenaient dans notre site logistique ou dans notre usine après traitement.

Afin d’augmenter la qualité, de développer la réactivité tout en offrant plus de souplesse et de permettre une intégration complète sur nos sites de personnes handicapées pour les sortir de leur environnement classique, nous avons proposé à différents Esats de travailler sur ce projet.

Certains d’entre eux avaient l’habitude d’envoyer des effectifs sur des sites tiers ponctuellement pour des périodes courtes mais n’avaient jamais intégraient à temps plein des équipes sur des sites externes.
Au final, 3  ESAT (l’APF de Rivery, l’AMRH de Beauvais et l’ESAT de Noyon) ont travaillé avec nous pour intégrer des équipes sur notre entrepôt de Hermes et notre usine de Béthisy Saint Pierre.

Quelles sont les clés de réussite d’une telle démarche ?

Les 2 clefs de la réussite ont été la communication et la  sélection des tâches à confier associé à une bonne formation. Ces tâches ont été pilotées par le directeur de la logistique (Jean-Olivier Ginioux) et par le directeur de l’usine (Rémi Rabaux). Dans un premier temps, il a fallu communiquer en interne pour rassurer les équipes sur le fait que cela n’allait pas être source de nouveaux problèmes à traiter. Il a fallu aussi sélectionner les tâches à confier en collaboration avec l’Esat et travailler en amont avec les moniteurs qui encadrent les équipes des Esat.
Certains petits investissements de type ergonomique ont du être réalisésUne collaboration étroite avec les moniteurs est un impératif. Ils forment leurs équipes, nous remontent d’éventuelles difficultés et sont forces de proposition pour l’amélioration continue du travail. Ils sont essentiels à la réussite du projet.

Quel bilan tirez-vous de cette action ?

Aujourd’hui après plusieurs années d’expérience, nous tirons un bilan largement positif. Nous avons gagné en réactivité et en souplesse, nos équipes sont fières et contentes d’intégrer du personnel handicapé sur nos 2 sites.

Les échanges sont riches notamment lors des repas pris en commun. Le personnel handicapé est très heureux de venir sur des sites extérieurs.

 

 

> Lire la newsletter sur l’insertion professionnelle