Tripes Paillard : Un objectif commun et l’envie de bien faire

Centenaire (1911), TRIPES PAILLARD est une PME qui a su traverser les décennies en ne travaillant qu’un seul produit : les tripes et plus particulièrement une recette ancestrale : les tripes à la Mode de Caen. Produit atypique mais produit reconnu de la gastronomie française, la PME a su grandir et rester pérenne en étoffant sa gamme de recettes et en étant présente sur tout le territoire national et même en Belgique.

Une envie de bien faire partagée

Travailler dans une PME, c’est travailler dans une entreprise à taille humaine et plus particulièrement au sein d’une équipe où des liens étroits se créent entre les différents services. Anne-Marie Talbot, dirigeante de l’entreprise explique ce qui rend fiers les collaborateurs de l’entreprise : « Individuellement nous faisons tous partie de cette équipe et collectivement, nous avons tous un objectif commun et l’envie de bien faire. Chacun de nous est un maillon essentiel de la chaîne et se sent utile. Nous sommes plus que des collègues, nous sommes tous des collaborateurs. Nous sommes aujourd’hui fiers de retrouver notre gamme dans la plupart des enseignes nationales et même à la carte de certains restaurants ! Implantée localement depuis plus de 40 ans dans une petite commune de 3000 habitants, notre PME s’est vue employer des familles, des fratries et c’est une fierté aujourd’hui de pouvoir évoluer dans une entreprise intergénérationnelle et porteuse d’emplois sur son territoire ».

« La crise sanitaire est un véritable challenge pour nous tous »

La crise sanitaire que notre pays traverse depuis ces derniers mois a été un véritable challenge pour nous tous. Dans cette PME, il a fallu faire face à deux priorités comme l’explique Anne-Marie Talbot : « Garantir la santé de ses collaborateurs et assurer une surconsommation de ses produits. En effet, nos conserves disposant d’une longue conservation, nos produits ont été plébiscités auprès de nos consommateurs. Nous avons dû produire en conséquence et ainsi, activer tout un système d’approvisionnement et de fabrication en amont ». L’engouement pour les tripes Paillard pendant la crise et l’implication des salariés ont renforcé la fierté de sa dirigeante.

« Notre fierté s’est toutefois vue renforcée sur l’aspect humain lié à cette crise. Une communication régulière et permanente a été mise en place entre l’ensemble des collaborateurs pour impliquer chacun dans la gestion de cette crise. Nous avons ainsi vu des liens se renforcer entre tous durant lesquels chacun prenait soin des uns et des autres en respectant les gestes barrières. Grâce à l’implication et à la vigilance de tous, aucun cas de Covid 19 n’a été à déplorer dans notre entreprise et l’ensemble des emplois a pu être maintenu. Nous avons même dû solliciter du renfort et avons pu ainsi transmettre notre savoir-faire » explique-t-elle.

Une entreprise d’hier et de demain

« De par son ancienneté, notre PME est une entreprise d’hier mais avant tout de demain. Nous avons une consommation dynamique, notre produit est reconnu et apprécié de nos consommateurs. Aujourd’hui, nous nous propulsons sur des lourds investissements à venir qui nous permettrons de nous améliorer sur plusieurs aspects : limitation des gestes et postures pour le personnel, allégement de consommation d’eau et d’énergie sur un plan environnemental. Nous sommes fiers d’appartenir à une PME qui a su évoluer avec la société actuelle. Labelisée PME+, certifiée IFS, adhérente FEEF et FICT, c’est une fierté de travailler au sein d’une PME engagée sur des valeurs sociales, sociétales et environnementales ».

 

Fête du Ventre à Rouen

Chaque année, Tripes Paillard participe à une fête de la gastronomie à Rouen, la « Fête du Ventre ». Il y a quelques années, la PME y a rencontré un petit enfant sur son stand.

« Âgé de cinq ans tout au plus, il n’avait jamais gouté de tripes, ses parents n’étant pas consommateurs de ce produit. Il a voulu gouter et a adoré ! Depuis, chaque année, il revient nous voir avec fierté pour sa petite dégustation et il repart avec son petit bocal de tripes ! » raconte la dirigeante.