Pierre Schmidt-Stoeffler, la gastronomie alsacienne depuis 1911

Pierre Schmidt et Stoeffler, ce sont avant tout deux histoires écrites sur plusieurs générations d’hommes qui ont su transmettre leur passion de l’Alsace et leur amour du travail bien fait à travers des produits de charcuterie et de traiteur qui, aujourd’hui, ont acquis une dimension nationale.

 

« Les racines solides qui nous ancrent dans notre terroir nous ont été transmises par tous ceux qui nous ont précédés. A nous de continuer à déployer nos ailes pour conquérir ensemble de nouveaux cœurs et de nouveaux territoires ».

 

Imaginez-vous, il y a plus d’un siècle, en plein cœur de la Petite France à Strasbourg, au début de la Grand’Rue, et pénétrez dans la boucherie-charcuterie artisanale que vient d’ouvrir un jeune charcutier, Peter Schmidt, tout juste sorti de son apprentissage. Nous sommes en 1911.

Peter s’affaire dans l’arrière-boutique, avec l’ambition d’élaborer des charcuteries au goût inimitable. Créatif, travailleur acharné, doué, il voit peu à peu sa petite boutique croître… les clients en redemandent ! A sa mort prématurée, la boutique ne va pas disparaître, bien au contraire : il a transmis sa passion à son épouse, qui, bien secondée, parvient non seulement à répondre aux attentes des clients, mais va aussi continuer à développer l’affaire, jusqu’à ce que son fils Pierre la rejoigne et reprenne le flambeau.

On est alors dans les années 50… que de chemin parcouru depuis les débuts : la petite boutique attire désormais par sa renommée les gourmets les plus exigeants ! Elle compte une vingtaine d’employés ; c’est grâce à eux, à leur fidélité à la famille Pierre Schmidt et à leur amour du métier que la petite entreprise est devenue l’une des plus grandes charcuteries de la région… mais toujours familiale.

 

« Les petits secrets de ma famille font de grandes recettes »

En 1982, Pierre Schmidt (le troisième du nom…) succède à son père à la tête de l’entreprise : en travaillant à ses côtés pendant de longues années, il a acquis ce savoir-faire traditionnel et cette exigence qui font la qualité des produits Pierre Schmidt. Comme son grand-père et son père, il met tout son cœur à satisfaire ses clients ; ainsi, il propose des produits gourmands élaborés selon les recettes familiales, mais il fait aussi évoluer certains produits, en apportant sa petite touche personnelle… « les petits secrets de ma famille font de grandes recettes ! », telle est la signature de Pierre Schmidt.

C’est en 2008 que le groupe Pierre Schmidt double sa taille en rachetant la société Stoeffler, qui a connu un développement parallèle, ou presque : en 1946, Robert Stoeffler a ouvert sa petite charcuterie, dans le village de Boersch, et c’est son fils Bernard qui lui a donné son essor, en installant en 1976 un site de production dans Obernaila ville voisine ; les produits sont alors distribués dans les supermarchés de la région Est, au stand traditionnel d’abord, puis au rayon libre-service à partir des années 80 : un développement important pour la marque qui trouve avec le pré-tranché des débouchés pour la charcuterie régionale traditionnelle sur l’ensemble de la France.

Le début des années 90 marque un tournant pour Stoeffler qui arrive sur le marché des plats cuisinés avec une gamme de choucroutes. L’entreprise a en effet racheté la société Frères Matt, située dans le Haut-Rhin, et spécialiste de ce produit. En faisant le pari de la communication à la télévision, avec le film « le Marseillais », diffusé à partir de 1994 (« la choucroute Stoeffler ? je ne sais pas le dire, mais je la mange bien ! »), Stoeffler devient très vite le n°1 de la choucroute et sa renommée est désormais nationale. Fort de ce succès, Stoeffler va se développer en traiteur avec d’autres produits emblématiques de l’Alsace, et se lance sur la Flammekueche au début des années 2000.

 

Faire connaître et apprécier les produits issus de la gastronomie alsacienne

Pâte fine et croustillante, petit goût de crème, délicieux lardons fumés, oignons finement émincés, les tartes flambées – ou Flammekueche – du groupe séduisent de plus en plus de gourmands tant en France que chez nos voisins européens.

C’est un axe-clé pour poursuivre le développement du groupe, dont l’ambition est d’en faire la nouvelle pizza, avec un mode de consommation qui lui est propre : le partage.

 

 

 

 

> Lire l’article sur les savoir-faire et les spécialités des PME+